Rencontres

Le Bruit des Pixels, un podcast créatif

Petite interview de Baptiste, le créateur d’un podcast à la fois créatif, fun et improbable. Ce sont des épisodes de quelques minutes qui vous embarquent, c’est drôle, c’est cool… il n’en fallait pas plus pour que je me dise « ça c’est un truc positif ! » et que j’en parle ici !

Le concept du podcast ?

« Le Bruit Des Pixels, c’est une cour de (ré)création.

À chaque épisode, nous choisissons une nouvelle image comme support de création, et sur cette image, nous en imaginons la bande-son.

Fiction, poème, musique, discours, avec ou sans humour… une création originale qui peut durer de quelques secondes à quelques minutes. Regardez l’image, devinez et appréciez l’interprétation sonore que nous lui avons inventé. »

Le premier épisode est sorti le 21 mai 2018. Est-ce que tu peux nous raconter la genèse de ce projet pas comme les autres ?

En septembre 2017, j’ai tourné mon 2ème court métrage. On a fait la post-prod en plein hiver, c’était épuisant, ça a pris énormément de temps et j’avais l’impression que ça ne finirait jamais ! Alors je me suis dit « j’en ai marre d’écrire des trucs qui mettent du temps à sortir »; puis « fais des trucs courts, sonores, le son c’est ton truc ! ». 

J’ai réfléchi à ça, monté une petite équipe et je me suis mis une image comme support de création. Je ne savais pas où ça allait, je voulais laisser libre cours à la création. L’idée c’était de faire un panel de choses différentes, de la fiction, de la musique, du doc… Pour la 1ère saison, on a fait 9 épisodes ! On finissait avec une fiction, ça faisait vraiment saison qui se termine, c’était cool. 

Et puis en septembre 2019, on a embrayé sur la saison 2 ! Alors oui, on s’est mangé un confinement, mais ça nous a appris énormément de choses, notamment à fabriquer autrement ! A la fin de cette saison 2, il y avait encore plein d’idées, je voulais que certaines choses soient plus abouties… alors on est repartis sur une saison 3, qui est la toute dernière ! 

Finalement, on aura fait en tout 27 épisodes pour Le Bruit des Pixels. Tous hyper différents, donc c’est super cool !

Donc l’idée, c’est de partir d’une image et de laisser libre cours à ce qu’elle inspire. Et l’écriture est évidemment une étape incontournable ! Comment ça se passe ?

Pour certains épisodes, on a écrit à plusieurs. Mais souvent, je lance un truc, et Martin, Jonathann et Julien, mes co-équipiers, sont assez francs pour me dire si ça marche ou pas. On trouve un équilibre comme ça, assez naturellement, et c’est très bien !

J’aime bien laisser les nuits faire un espèce de fouillis dans mon cerveau pour ré-organiser les trucs. Pour les fictions, j’essaye d’avoir une structure narrative, mais comme ce sont des pastilles courtes, ce n’est pas très grave s’il n’y en a pas. De manière générale, j’aime bien utiliser tous les codes d’un univers… et ajouter des blagues. C’est un peu mon ADN !

Vous connaissez le « radio-achat » ? Non ? C’est normal. Surtout quand on écoute cet épisode !

Programme sonore oblige, le son est hyper travaillé sur Le Bruit des Pixels. Ayant beaucoup plus l’habitude de travailler l’image et n’y connaissant pas grand chose en son, j’en ai profité pour discuter un peu « technique » avec Baptiste:

Pour les voix, on enregistre les comédiens séparément, en cabine. On pique les studios de Radio France, où je travaille, à la fin de nos journées de boulot.

Seule exception, l’épisode 5: on a fait répéter les quatre comédiens, puis on les a mis autour d’une table avec des micros. Ils font tous partie de la même troupe, parce que je voulais qu’ils aient l’habitude de jouer ensemble. On a enregistré les voix, on a fait le montage… Et ensuite, on a débarqué avec des « sacs de bruits »: on s’est mis les voix dans le casque, chacun a choisi un personnage et a bruité en fonction de l’action. C’était super chouette à faire !

Pour les bruitages, justement, il y a un vrai côté hyper créatif. Tu es obligé de t’adapter ! Par exemple, un bruit de tasse posée, en fait tu vas te rendre-compte que c’est nul, on ne dirait pas du tout une tasse qui se pose ! Alors que tu as une tasse dans la main et que tu viens de la poser ! Tu ne sais pas pourquoi, des fois ça marche, des fois non. 

Le son a cette particularité d’être nos lieux communs, d’être unanimement partagé et d’être à la fois très subjectif. C’est à dire qu’une ambiance de port de plaisance par exemple, des fois tu as juste besoin de mettre une mouette et une demie vague en fond sonore, et tout de suite tu comprends où tu es ! Il suffit de pas grand chose et tu entres dans un univers comme ça. C’est ça qui est fabuleux avec le son: il ne faut pas que tu l’entendes. Un bon mixage, ça ne doit pas s’entendre. C’est paradoxal, mais si on n’entend pas ton travail, ça veut dire qu’il est bien fait !

Pendant le confinement du printemps 2020, forcément il a fallu réinventer notre manière de travailler ! Par exemple, pour l’épisode 16, l’un des ingé son, Jonathann, avait un micro chez lui. Il a tout enregistré. On ne voulait pas utiliser de banque de son (ce qu’on fait souvent d’ailleurs… par exemple tu ne peux pas enregistrer une ambiance de désert quand tu habites à Paris, pour des raisons assez évidentes) ! Donc il a enregistré, il nous a tout envoyé, et avec Martin (le 2ème ingé), on a fait le montage à distance (2h de rushs pour 7min d’épisode).

Ce qui a donné ça (à celles et ceux qui sont restés à la maison – et qui n’avaient pas d’enfants – : qui ne se reconnaît pas dans cette « journée type » du premier confinement ? ) :

Il y a souvent de la musique sur les épisodes. On a la chance de travailler avec un compositeur, Nicolas Cazaux, donc ce sont des créations originales « sur-mesure » !

Le podcast touche bientôt à sa fin, qu’est-ce que tu retires de ces 3 ans ?

Des fois j’ai une idée, et je me dis « tiens ça n’existe pas ! ». Donc je le fais ! Et là du coup ça existe, on a balayé plein de trucs, on a des parodies, des fictions, de la musique, des trucs un peu historiques… C’est un vrai labo sonore, mais aussi une belle carte de visite.

On a essayé plein de trucs, techniquement ! Pour moi c’était une vraie manne d’apprentissage. Même dans le relationnel: la gestion d’équipe, du projet, de la communication, la direction d’acteurs, le montage, savoir être à l’écoute de ce que recommande un ingé son, connaitre la spécificité des équipes… Tu apprends en faisant et c’est passionnant ! Et c’est en faisant que tu sais où tu vas. Tu n’as rien à perdre et tout à gagner ! Ça vient de toi à 200%, c’est hyper naturel. T’as envie d’expérimenter, tu le fais sans te poser la question. J’ai eu envie, et quand on a envie il faut tenter ! Le positif on peut le trouver là-dedans: faisons des choses.

J’ai été fier de fabriquer quelque chose, fier que ça sorte, sans attendre quoi que ce soit en retour. Le positif, il est là: raconter ses histoires, essayer de faire kiffer les gens, d’être exigent avec soi-même. Parfois, tu es face au dilemme de « faut que ça sorte demain, on s’en fout on fait ça ! ». Et bah non, tant pis, on aura une semaine de retard ou plus, mais on va sortir un truc qui nous plait à 200% ! Si ça met plus de temps pour que ça corresponde à ce que t’as dans ta tête et dans ton coeur, c’est ça LE truc. 

Il y a quelque chose à trouver dans ce processus créatif. Comment est-ce que je m’amuse, comment est-ce que je suis fier de ce que je donne parce que je suis allé au bout de ma démarche ?

Pour faire une phrase très « bouquin de développement personnel », je pense qu’il faut garder l’enfant qui sommeille en soi, il ne faut pas le brider. Parce qu’il est naturel, parce qu’il a envie, parce qu’il est curieux !

Le mot de la fin?

La chaîne Youtube Le Bruit des Pixels: https://www.youtube.com/channel/UCJt53s-O5cKCCkZ-7HyRLtQ

La page Facebook: https://www.facebook.com/lebruitdespixels

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s